La kinésithérapie peut-elle apporter un soutien aux malades du Parkinson ?

Jean-Pierre Bleton, masseur-kinésithérapeute à l’Unité James Parkinson de la Fondation Rothschild à Paris

Pour Jean-Pierre Bleton, masseur-kinésithérapeute à l’Unité James Parkinson de la Fondation Rothschild à Paris, la kinésithérapie permet de suppléer à la perte des automatismes chez le patient parkinsonien, c’est-à-dire la motricité dite « non pensée » tels que la marche, le balancement des bras, la rotation du tronc… La prise en charge kinésithérapeutique permet aussi d’alléger d’autres troubles annexes, comme les troubles respiratoires ou orthopédiques.