La maladie de Parkinson peut-elle créer des altérations mentales chez les malades ?

Jean-Philippe Azulay, neurologue au CHU de la Timone à Marseille

Jean-Philippe Azulay, neurologue au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de la Timone à Marseille distingue les troubles de la fonction intellectuelle et ceux de la fonction psychique. Les seconds sont nombreux (anxiété, troubles de l'humeur, dépression légère…) et doivent être traités car ils altèrent fortement la qualité de vie du patient. Concernant les troubles cognitifs, tous les patients ne sont pas exposés de la même façon. Environ 1/3 des personnes touchées par la maladie de Parkinson souffrent de troubles intellectuels (problèmes de mémoire, de concentration), essentiellement en cas d'apparition tardive de la maladie qui se conjugue alors avec le vieillissement cérébral. Mais ces troubles restent légers, sans commune mesure avec ceux qu’engendre la maladie d'Alzheimer. De plus, il s'agit principalement de troubles de la concentration que de la mémoire : en effet, le malade pourra toujours, grâce à des indices ou à des stratégies d'aide, retrouver ses souvenirs.